Petite pêche en vidéo

Réforme de la PCP : tournant historique pour la petite pêche

Le Parlement Européen, en se prononçant le 7 février 2013 sur la nouvelle Politique Commune de la Pêche a adopté des orientations jugées comme extrêmement ambitieuses et courageuses par de nombreuses organisations citoyennes et comme inacceptables et inapplicables par une partie du monde de la pêche.

La Plateforme de la Petite Pêche Artisanale Française exprime une position plus nuancée. Elle souligne que les conséquences socio-économiques de certaines mesures auraient mérité d’être mieux prises en compte et précise que si l’interdiction des rejets ne s’accompagne pas de mesures techniques visant à accroître la sélectivité des engins de pêche, les conséquences pourraient avoir des effets pervers sur la ressource comme notamment la disparition des tailles minimales de capture. Comme ces prises non rejetées ne peuvent être destinées à la consommation humaine, l’effet d’aubaine pour les industries des huiles et farines de poisson pourrait lui aussi accentuer ce travers.

Les pêcheurs des « moins de 12 » (*) réunis dans la Plateforme saluent cependant avec enthousiasme les avancées significatives réalisées dans la préservation et la défense du segment Petite Pêche, mesures venant à point nommé à l’heure où de gros navires, sous couvert d’économie de gasoil, redéployent leurs efforts de pêche dans la bande côtière et menacent, par la démesure des moyens employés, les stocks halieutiques inféodés à ces espaces côtiers.

Deux dispositions retiennent tout particulièrement leur attention :

  • ·         Le Parlement Européen invite les Etats à envisager un accès préférentiel ou exclusif aux petits pêcheurs artisans dans la bande côtière, soulignant la sélectivité et le faible impact environnemental des techniques de pêche déployées.
  • ·         Les possibilités de pêche seront désormais allouées non plus seulement en fonction de l’antériorité mais aussi sur la base de critères environnementaux et sociaux comme par exemple l’impact de la pratique de pêche sur l’environnement ou la création de retombées économiques locales.

Ces orientations nouvelles témoignent d’une ambition sans précédent pour redonner aux pêches traditionnelles toute leur importance, et ce texte, adopté par une écrasante majorité de députés européens (502 contre 137), marque un tournant décisif pour l’avenir de nos communautés côtières.

Pourtant, nos parlementaires français (à de rares exceptions près) se sont assez peu mobilisés sur cette question de l’importance à donner au segment Petite Pêche. Les autorités françaises elles-mêmes, dans leurs consignes de vote adressées aux eurodéputés français, ont complètement éludé la question.

Cette exception culturelle française ne manque pas d’interroger dans un pays ou plus des 2/3 des entreprises de pêche sont armées en petite pêche. La sous représentation chronique du segment dans la représentation professionnelle nationale explique sans doute pour partie ce défaut d’intérêt.

Démonstration s’il en était besoin qu’il reste un gros travail d’information et de sensibilisation à engager pour convaincre que la Petite Pêche a un Grand Avenir.

(*) « moins de 12 » pour moins de 12 mètres, moins de 12 heures, et moins de 12 milles

Comments are closed.